La solution pour éviter les blessures ?

Vous pouvez avoir plusieurs paires et en changer régulièrement : des chaussures d’entraînement pour les sorties longues, des chaussures avec une semelle adhérente pour faire du trail, des chaussures plates pour le fractionné ou encore des minimalistes pour travailler la foulée.

Comment savoir s’il s’agit de la bonne chaussure ?

Vos chaussures doivent être adaptées à votre morphologie. Il n’y a rien de tel que le confort. Si vous ne vous sentez pas bien dans votre chaussure, cela veut dire qu’elle exerce une pression à un endroit indésirable.

Comment un spécialiste de chaussures de course peut-il m’aider à trouver une paire adaptée ?

Il vous faut trouver une chaussure qui épouse parfaitement la forme de votre pied et qui soit adaptée à votre morphologie, mais aussi minimiser le rôle de la chaussure dans l’équation « blessure ». Le vendeur doit vous poser des questions sur votre entraînement, chercher les zones les plus abîmées sur vos anciennes chaussures, examiner et mesurer vos pieds, ainsi que vous regarder courir avec plusieurs paires.

Quelles sont les tendances à suivre ?

Plutôt que de vous laisser vous perdre dans la multitude de couleurs et de marques de chaussures de running, nous vous donnons les 4 tendances du moment.

Toujours plus : les chaussures minimalistes sont un peu passées de mode, et de plus en plus de marques créent des chaussures oversize en intégrant davantage d’amorti à leurs modèles. Exit la recherche de la proprioception et la sensation du bitume sous nos pieds. Les marques semblent répondre à la demande des consommateurs qui recherchent une semelle plus épaisse.

Amorti et rebond : aux modèles qui procurent un déroulé souple viennent s’ajouter des chaussures offrant amorti et dynamisme. Les modèles plus classiques dotés de mousse sont conçus avec une semelle intermédiaire légèrement plus stable et dynamique – surtout à l’avant du pied – pour les coureurs qui souhaitent mieux rebondir sur le sol (temps de contact avec le sol plus court).

Rocker : les rainures flexibles à l’avant du pied appartiennent au passé. Les chaussures d’aujourd’hui sont beaucoup moins flexibles en raison d’une semelle intermédiaire plus épaisse, de la présence de plus d’amorti sous l’avant-pied et de l’utilisation d’une mousse légère. Pour compenser, le rocker (angle que fait la partie avant de la chaussure avec l’horizontale pour favoriser le déroulé) fait son grand retour. Il est nécessaire pour vous permettre d’atterrir sur l’avant-pied si la semelle intermédiaire n’est pas flexible. Attention aux chaussures rigides sans toe spring.

Pour tout le monde : si la tendance est aux chaussures volumineuses avec beaucoup d’amorti, les coureurs à la recherche de sensations différentes ne sont pas laissés de côté pour autant. Plusieurs marques ont créé de nouvelles chaussures de contrôle de mouvement qui apportent une plus grande stabilité. D’autres ont en revanche conçu des chaussures très légères, flexibles et proches du sol.