2h02min57sec, c’est ce qu’affichait le chronomètre officiel lorsque le marathonien Denis Kimetto franchissait la ligne d’arrivée à Berlin. Le record du monde du marathon venait de tomber sous les 2h03min. A ses pieds, une paire d’Adidas orange. La Adios Boost 2.0 venait de s’offrir le record du monde. Déjà très fan de la version 1.0 nous attendions avec impatience, chez Runner’s World France, la sortie de la version 2.0. Puisque Adidas a eu la gentillesse de nous la faire parvenir par surprise, après plusieurs sorties avec la bête, nous vous donnons notre verdict.

Sur le papier : « quoi de neuf docteur ? »

Si l’on se fie uniquement à la fiche technique de cette nouvelle Adios, on peut être déçu. Après tout, pour une chaussure « record du monde » on pouvait s’attendre à quelque chose de révolutionnaire (moins de 150 g tout en ajoutant de l’amorti, un nouveau matériau jamais utilisé, des fusées cachées dans la semelle extérieure,…). Et pourtant, non, rien de tout cela. Au contraire à part un nouveau système « Quickstrike », censé ajouter du dynamisme à la chaussure, rien ne semble réellement la différencier de sa prédécessrice. Au contraire, la version 2.0 de cette Adios Boost s’alourdit même de 18 g (en 42,5 H). Alors, qu’en est-il sur le terrain ?

En main : Oldschool

En main, la même impression se dégage. Rien de bien nouveau en somme. On a bien affaire à une Adios Boost. Légère, fine, avec une semelle Boost (lapalissade?), un système Torsion et sa magnifique semelle Contiental (ne vous fiez pas à son impression de fragilité, cette semelle extérieure est redoutable d’efficacité et de longévité, en tout cas, elle l’était sur la version 1). Le seul changement se situe au niveau de l’empeigne. La couleur bien sûr, mais également la texture, semblent avoir changé. Un des rares bémols que nous avions pu souligner lors du test de la Adios Boost 1.0 venait de son empeigne un peu rustre car peu souple avec une sensation plastifiée. Ici, on retrouve une empeigne bien plus douce, au tissage agréable au toucher. Un bon point pour Adidas donc. Au look, les assemblages des matériaux, donne, à notre sens, un petit look oldschool à la chaussure. Seule la couleur orange vient réveiller tout cela, tout en restant, malgré tout, dans une certaine retenue. On apprécie.

Aux pieds : Ca dépote

Une fois enfilées ces Adios surprennent premièrement par leur étroitesse de chausson… Davantage que dans la version précédente. Les pieds larges et amoureux du « courir naturel » n’apprécieront pas. Personnellement, nous adorons. C’est un peu comme rentrer dans un châssis d’une voiture de course, c’est étroit, parfois inconfortable, mais on sait que l’on ira vite et que l’on ne bougera pas d’un iota. La sensation de douceur de l’empeigne se confirme ici. Disparue la sensation désagréable de l’ancienne version.

Il est donc temps de s’en aller l’user sur le macadam. De suite, on retrouve ce qui a fait le succès de l’Adios Boost, du confort à l’impact et un dynamisme à couper le souffle. Le pied trouve rapidement et naturellement sa position au sol. La chaussure assure un amorti agréable à basse vitesse, mais dès que l’on la sollicite un peu, elle répond au quart de tour. On se sent léger, fort, rapide. L’analogie avec le sport automobile est toujours d’actualité. Imaginez la fierté que vous pouvez ressentir lancé dans un bolide italien rouge, cheveux au vent. C’est un peu la même chose ici, à la seule différence que ce sont vos jambes le moteur, les chaussures, elles, ne sont que le châssis et la carrosserie. Mais quelle mécanique ! Ca roule, ça déroule. Sur piste, sur route, ou même sur chemin, rien ne lui fait peur. On apprécie particulièrement les montées où l’on se sent léger. Un peu moins les descentes, où un appui un peu lourd peut avoir tendance à taper, mais rien d’insurmontable malgré tout.

La pluie s’en vient ! L’ennemi du coureur sur route. Pourtant, la semelle Continental de l’Adios Boost fait des miracles. Dans des virages serrés sur route, on passe, sur piste, même à pleine vitesse, on passe. Rien ne l’arrête, ou en tout cas, rien que nous avons pu rencontrer.

Verdict : Pour de la vitesse

Cette Adios Boost 2.0 est encore une fois une nouvelle réussite. Nous avouons honteusement, avoir été un peu déçu de ne pas trouver un modèle révolutionnaire par rapport au précédent, mais après tout, il est compliqué de révolutionner une révolution… Nous avons été un peu surpris par l’étroitesse du chausson mais avons grandement apprécié sa douceur et son confort qui manquait à la version initiale. Pour le reste c’est de l’Adios Boost tout craché : une chaussure destinée aux amoureux de vitesse sur route, à la poursuite de leur record.

  • Amorti avant : 3/6
  • Amorti arrière : 4/6
  • Souplesse : 5/6
  • Poids : 228 g (42,5 H)
  • Drop : 10 mm
  • Prix : 150€

Notes

  • Confort : 3/5
  • Stabilité : 5/5
  • Dynamisme : 5/5
  • Accroche : 5/5

Note Runner’s World : 18/20

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.