1. Choisissez un moment de la journée où il ne fait encore trop chaud.

Apprenez à connaître votre climat. L’aube s’y prête le mieux, mais elle arrive tôt en juin et juillet. Dans certaines régions, une brise de mer commence un refroidissement global dans l’après-midi. Mais dans de nombreuses régions, les températures montent jusqu’à 17/18h.

Advertisement

2. Sélectionnez un itinéraire qui inclut l’ombre.

Évitez les rayons directs du soleil et de l’asphalte ou le béton. Les chemins à l’ombre des arbres sont les endroits froids à pied. Ceux-ci sont également favorisés par les insectes. Pensez donc au spray ! Vous pouvez utiliser la carte Google podomètre pour trouver un itinéraire de marche – et utiliser la fonction « Vue satellite » ou « Vue hybride » pour voir où les arbres et l’ombre peuvent être.

Advertisement

3. Boire, boire, boire.

Buvez un grand verre d’eau 60 minutes avant de commencer votre course. Commencez bien hydraté. Puis prenez soin de prendre une gourde ou une bouteille le long de votre course. Évitez les boissons avec une concentration élevée en sucre, car cela peut causer des nausées. L’eau est la meilleure boisson. Si vous suez beaucoup, vous pouvez passer à une boisson pour sportifs qui remplace les électrolytes (sels de corps).

4. Faites votre propre ombre.

Portez une casquette. Portez un écran solaire pour éviter les coups de soleil. Portez des lunettes de soleil qui filtrent les rayons UV. Portez des vêtements de couleur claire.

5. Méfiez-vous des maladies de chaleur.

Si vous ressentez des étourdissements, des nausées, avez la peau sèche ou des frissons, STOP.

6. Take it easy.

Si vous ne pouvez pas éviter la chaleur, baissez l’intensité de votre entraînement afin que votre corps génère moins de chaleur interne. Ralentissez, surtout en montée. Enregistrez l’intensité des séances d’entraînement plus élevé pour les périodes plus fraîches.

7. Respectez la chaleur.

Réfléchissez-y à deux fois sur vos courses lorsque la température ambiante est supérieure à 32 degrés.