Réaliser une séance test, une bonne idée pour prendre ses marques !

Certains (surtout ceux qui ne courent pas !) ont du mal à comprendre que vous puissiez préférer la course à pied à une soirée arrosée entre amis ou à un moment de farniente, alors qu’il n’y a pas d’activité plus saine pour se sentir bien dans son corps et dans sa tête. Pourtant, quelquefois, il n’y a qu’un pas entre la pratique saine et normale et l’obsession, la pratique excessive. Quel coureur êtes-vous, votre pratique est-elle normale ou frôlez-vous le surentraînement ? Faites notre test pour y voir plus clair.

1 – Ma principale motivation pour courir est :

  • Grâce à la course, je me sens bien. (1 point)
  • Courir me permet de brûler un max de calories. (2 points)
  • J’aime la compétition et la performance. (3 points)
  • J’aime aller au bout de moi et tester mes limites. (4 points)

2 – Quand je cours, qu’est-ce qui se passe dans ma tête ?

  • Rien de particulier, je laisse mon esprit divaguer. (1 point)
  • Je prévois mon plan d’entraînement pour la semaine. (2 points)
  • Je suis concentré sur mon entraînement. (3 points)
  • J’essaie de courir plus vite, plus loin. (4 points)

3 – Si je ne me sens pas en forme

  • Je réduis mon entraînement, mon corps a besoin de repos. (1 point)
  • Je maintiens mon entraînement, pas question de louper un jour. (2 points)
  • Je maintiens mon entraînement, j’ai un plan précis que je préfère suivre. (3 points)
  • Je maintiens mon entraînement, c’est en m’entraînant plus que je resterai en forme. (4 points)

4 – Je n’ai pas fait le temps espéré sur une course

  • Je suis déçu mais j’ai pris plaisir à courir. (1 point)
  • Je m’inscris à une autre course immédiatement. (2 points)
  • Je réfléchis à ce qui aurait pu être amélioré pendant la course. (3 points)
  • Je mets en place un plan d’entraînement plus poussé. (4 points)

5 – Après ma course

  • Je me sens bien. (1 point)
  • Je suis trop fatigué pour penser à quoi que ce soit. (2 points)
  • Je visualise la course pour analyser mon temps. (3 points)
  • J’ai déjà en tête mon prochain entraînement. (4 points)

6 – Un coureur me double pendant un entraînement

  • Je le remarque à peine. (1 point)
  • Je n’aime pas, je me sens moins bon. (2 points)
  • J’essaie de le rattraper. (3 points)
  • Je décide de pousser mon entraînement, avec plus de sprints. (4 points)

Résultats

  • 6 à 9 points : l’équilibre. Vous avez une attitude très saine et très positive. La course, pour vous, ce n’est que du plaisir, certes lié à un effort, mais pour une finalité positive. Votre bien-être est indépendant, non pas de la pratique, mais de vos résultats.
  • 10 à 14 points : la drogue. Vous êtes en état de dépendance. Si tout tourne autour de la course et de vos entraînements, il est temps de faire un break. On ne vous dit pas d’arrêter, mais d’intégrer quelques jours de repos dans votre planning et de faire d’autres activités. Essayez de courir pour le plaisir simplement, sans compter les temps d’entraînement ou les calories dépensées.
  • 15 à 20 points : la performance avant tout. Seuls vos résultats comptent. C’est bien dommage, car vous perdez de vue ce qui vous a amené à la course. Essayez d’oublier un peu vos temps, vos classements, et votre chrono pour retrouver le plaisir de la course pour la course. Inscrivez)vous à des épreuves pour le fun et non plus pour décrocher des médailles.
  • 21 à 24 points : le surentraînement. Vous y êtes ! De l’entraînement toujours plus, des courses douloureuses, de la fatigue, etc… Aller toujours plus loin en pensant que c’est la solution pour aller mieux, c’est s’enfoncer en fait dans le surentraînement. Gardez en tête que, globalement, vos sorties doivent être à 80 % des moments positifs et confortables et à 20 % des moments plus difficiles, plus douloureux.