Ni smartphone, ni enfants, ni patron : courir représente l’escapade ultime. Mais quand vous foulez la route, vous n’avez pas forcément l’esprit tranquille. Courir offre la liberté d’accéder à votre for intérieur, souvent étouffé par un monde extérieur en pleine effervescence. Chaque modèle de pensée a des avantages et des inconvénients – sachez faire la part des choses afin d’optimiser votre course.

ORGANISEZ-VOUS

Prévoir une séance de running avant la journée de travail procurera un sentiment de réussite. Mais ne la laissez pas devenir une source de stress. Les coureurs méthodiques doivent s’accorder jusqu’à 15 min pour passer en revue les corvées qui s’accumulent, puis les laisser de côté. Ne cogitez pas trop quand la course devrait vous procurer une grande décontraction. Utilisez la musique pour vous faire oublier la liste des tâches à accomplir ou jouez à un jeu : par exemple, comptez le nombre de coureurs habillés en rouge.

- Publicité -

ANALYSEZ

Les muscles ne sont pas les seuls à être noués ou fatigués. Votre esprit peut l’être aussi, et courir est un excellent moyen de l’apaiser. Des experts affirment en effet que la course provoque un relâchement d’une partie du cerveau. Elle libère des endorphines connues comme étant les hormones du bien-être, et le résultat peut engendrer dans l’esprit des sortes d’« épiphanies ». Éviter délibérément de penser aux problèmes permet au subconscient de les filtrer. Apprenez à occulter le train-train quotidien en ignorant les distractions du parcours qui pourraient vous détourner de votre objectif.

RÉFLÉCHISSEZ

De nombreux sportifs ont des difficultés à s’abandonner et passent leur séance à cogiter sur la pression du travail, ou à ressasser des conversations passées. Vous pouvez ressentir de l’anxiété ou de la colère en courant, mais bannissez ces sentiments s’ils menacent de vous nuire.

Compartimentez votre vie, dites-vous « je vais mettre ça dans un tiroir et ne plus y penser. » Après tout, ruminer sans fin va non seulement ôter tout plaisir de votre séance, mais ces ondes négatives risquent aussi de compromettre vos performances.

VAGABONDEZ

Si vous ne ressentez aucune anxiété particulière en partant courir, votre esprit va naturellement errer d’une pensée à l’autre. Le laisser vagabonder où il veut est une incroyable source de détente – c’est la raison pour laquelle bon nombre d’entre nous courent. S’il s’agit de votre unique moment de détente, rêvasser rajeunira votre esprit. Mais soyez prudent : si vous tentez d’améliorer vos compétences, pensez occasionnellement à vos performances, vos rythmes, foulées, postures etc.

- Publicité -