trail

Le trail est une discipline qui est particulièrement exigeante. En plus de subir les contraintes que l’on retrouve dans la course à pied ordinaire, le coureur devra faire face aux problèmes liés à la technicité du terrain, aux efforts des montées, à l’exigence des descentes. Entre proprioception, technique et renforcement musculaire, le traileur ne devra rien négliger. Voici donc 10 conseils pour pratiquer le trail sans se blesser.

1. Se préparer dans de bonnes conditions de forme et de santé. En plus de devoir travailler sa resistance à l’effort, le coureur devra également travailler le renforcement musculaire, primordial en trail.

2. Repérer le parcours, les obstacles et les difficultés. Si vous empruntez un parcours inconnu, allez-y doucement afin d’éviter les pièges.

3. S’entraîner en conséquence, inclure dans sa préparation des dénivelés similaires en pleine nature, du fractionné, etc. Cela permettra d’éviter les surprises le jour d’une compétition ou d’un effort un peu plus soutenu.

4. Se familiariser avec la distance. Ne partez pas dès le début pour des parcours de 50 kilomètres en pensant que ce n’est rien. Comme pour toute pratique, vous devrez y aller progressivement.

5. Travailler pendant la préparation les contraintes du terrain et notamment les descentes techniquesLes descentes sont particulièrement exigeantes pour l’organisme car, en plus de nécessiter une technique irréprochable, elles imposent aux muscles un travail particulier que l’on ne rencontre nulle part ailleurs en course à pied.

6. Se reposer suffisamment avant une sortie pour ne pas risquer des blessures de fatigue. En trail, on part souvent pour plusieurs de courses sur des parcours exigeants. La fatigue peut entraîner une déconcentration, fatale sur des parcours techniques, ont accroître le travail de vos muscles au fil des kilomètres.

7. S’hydrater convenablement, aussi bien au quotidien que pendant les entraînements ou durant une compétition.

8. Ralentir ou s’arrêter quelques minutes en cas de tension, de crampe, de grosse baisse de régime… quitte à mieux repartir ensuite.

9. S’arrêter immédiatement en cas de douleur vive, de chute, de malaise de fatigue.

10. Récupérer de façon optimale et reprendre la course à pied progressivement.