Qu’est-ce que l’asthme ?

L’asthme (du latin asthma : « respiration difficile ») est une maladie des voies aériennes inférieures, notamment des bronchioles, définie comme étant une gêne à l’expiration. Plusieurs mécanismes interviennent : une inflammation de la paroi des bronches, avec un œdème ; un bronchospasme (diminution du calibre des bronches) ; une hyperactivité bronchique avec sécrétion. Un asthmatique en crise a du mal à expirer de l’air et, de ce fait, à respirer. Il peut s’agir d’une atteinte chronique, d’un asthme allergique ou de la forme particulière qu’est l’asthme d’effort.

Advertisement

Quelles différence entre l’asthme et l’asthme du sportif ?

L’asthme du sportif, ou bronchospasme induit par l’effort, survient au cours d’un effort intense (de 5 à 10 minutes après la fin de l’exercice). La demande en oxygène augmente pendant l’effort, le sportif respire plus en augmentant sa fréquence ventilatoire et son volume inspiré. Du fait de ces forts flux, les voies aériennes s’assèchent et se refroidissent. A l’arrêt de l’exercice, elles se réchauffent, ce qui provoquent un œdème des parois, facteur déclenchant de la crise. On pense également qu’il pourrait survenir une déshydratation de la muqueuse.

Advertisement

Certains sont-ils plus disposés à développer un asthme du sportif ?

Les athlètes de haut niveau sont plus atteints par l’asthme induit par l’exercice que la population générale. Leur entraînement intensif favoriserait l’apparition d’une inflammation, propice au spasme. Les exercices aérobies intenses par temps froid représentent le type d’activités capables de déclencher l’asthme.

Quels sont les symptômes qui doivent inquiéter ?

  • Dyspnée (difficulté respiratoire) avec sifflements à l’expiration survenant le plus souvent après l’effort.
  • Toux à l’effort.
  • Douleurs à la poitrine.
  • Difficultés à récupérer après l’effort.

Comment concilier course et asthme ?

  • Bien choisir son sport quand on est asthmatique.
  • Bien s’échauffer, réchauffer l’air inspiré (buff sur la bouche ou le nez…).
  • Garder une petite activité musculaire à la récupération.
  • Eviter une activité physique en cas d’infection respiratoire, de pollution, d’irritants (fumées, gaz d’échappement…).
  • Attention aux efforts intenses en cas de temps froid et sec.
  • Si on est asthmatique, avoir un traitement optimisé par son pneumologue et avoir toujours sur soi un spray de bronchodilateur.