Comment faut-il s'alimenter avant un entrainement ?

A la mode depuis plusieurs mois, voire plusieurs années, le régime sans gluten est particulièrement populaire chez les coureurs. Cependant, quels sont les coureurs qui suivent ce genre de régime ? Et pour quelle type de performance ? Pour quelles raisons ? Ce sont là des questions auxquelles nous tentons d’apporter une réponse aujourd’hui.

Un régime pas essentiel

Beaucoup d’entre-nous affirment souffrir du gluten et avancent ce fait pour expliquer leur régime sans gluten. Or, les dernières indications médicales révèlent que moins de 2% de la population souffre de maladies cœliaques. Ce sont ces 2% qui ont réellement besoin de suivre un régime sans gluten. 5 à 10% ont une sensibilité au gluten et pourraient tirer des bénéfices d’un régime sans gluten. Pour tous les autres, un régime sans gluten ne semblerait pas être en mesure d’apporter un quelconque bénéfice.

- Publicité -

Ce phénomène d’autoproclamation à la sensibilité du gluten est particulièrement répandu chez les athlètes. En effet, 41% d’athlètes ne souffrant d’aucune intolérance avérée, ont décidé de suivre un régime sans gluten. Dans ce groupe, 70% pratiquent un sport d’endurance.

Sur les 910 athlètes ayant répondu à l’enquête, 10% ont été médaillés dans un championnat international ou aux Jeux Olympiques, les autres sont des athlètes lambdas. Tous, ont cependant affirmé avoir débuté un régime sans gluten à la suite de troubles gastriques.

Un effet placébo ?

Les athlètes affirment tous ressentir une meilleure forme générale, réussir de meilleurs performances, subir moins de blessures, et diminuer leurs problèmes digestifs à la suite d’un régime sans gluten. Or, d’après Dana Lis, médecin en nutrition, cela pourrait tout simplement résulter d’un fort effet placébo. « Beaucoup d’athlètes s’auto-diagnositiquent intolérants au gluten. Or, cela représente des risques. Ils pourront, en suivant un régime sans gluten, avoir du mal à faire le plein d’énergie, être en manque de fibres, de fer, de vitamines B et de certains probiotiques. Les problèmes peuvent être bien plus complexes et il ne faut pas les stigmatiser. La meilleure solution pour résoudre des désordres digestifs et de consulter son médecin et son spécialiste. Vous éviterez ainsi d’aggraver certaines situation.«