Tout le monde a déjà entendu parlé de la vitamine C. Du moins, nous l’espérons. Précisons tout de même qu’il s’agit d’acide ascorbique, sa formule chimique est C6H8O6, et jusqu’en 1967, son rôle n’était que de lutter contre le scorbut. Reconnaissons que le corps est une machine d’une grande ingénierie, capable de transformer les plus petits éléments en de grandes performances ! Mais (oui, il y a un mais) cela ne se fait pas sans quelques menus déchets. Ces déchets ont même un nom : les radicaux libres ! En nombre élevé, ces radicaux libres provoquent ce que l’on pourrait qualifier de « stress oxydatif », responsable de plein de bobos du sportif. Car tous les sportifs (quelque soit leur niveau) génèrent au moment de l’effort de grandes quantités de radicaux libres.

Pas si parfaite cette machine ?

Oh que si ! Elle a une bonne artillerie et n’hésite pas à s’en servir ! Ces déchets sont neutralisés par des moyens de défense très puissants : les antioxydants. Les principaux antioxydants naturels sont les bioflavonoïdes et les caroténoïdes (pigments qui donnent aux fruits et aux légumes leurs couleurs), les vitamines C et E, et le sélénium. Lorsque nous sommes fringants, rayonnants de santé, que nous proscrivons alcool et cigarette, que nous vivons à la campagne, au grand air (mais sans abuser du soleil !) que nous marchons chaque jour le sourire aux lèvres, et que nous absorbons de grandes quantités de fruits et légumes bio (évidemment), nous les neutralisons plutôt bien ces déchets, finalement ! Pour ceux qui, cependant, ne savent pas comment satisfaire leurs besoins en vitamine C, voici quelques astuces.

Où trouver la vitamine C ?

Essentiellement dans les petits fruits (cerises, cassis, fraises, baies d’églantier, etc). Les fruits qui en contiennent le plus étant l’acérola, la goyave et le kiwi. Les choux (rouges, verts, brocolis, choux-fleurs, choux de Bruxelles, etc) contiennent une bonne quantité de vitamine C avant l’orange et le citron ! Attention, en ce qui concerne les légumes, sachez que la vitamine C se dégrade vers 60°C.

Quand consommer la vitamine C ?

Tout le temps ! Mais l’idéal dans nos vies sportives et frétillantes étant de faire de grosses cures régulièrement, idéalement à chaque changement de saison. Il est impératif de l’inclure à chaque entraînement intensif et surtout dans les phases de récupération !

Le saviez-vous ?

  • Il n’existe aucun effet indésirable à la consommation de vitamine C, ni de surdosage, ni d’intoxication ! Même si notre organisme a sa propre capacité d’absorption, il éliminera l’excédent à partir de 3 grammes par jour ! C’est bon, vous pouvez y aller ! Et contrairement aux idées reçues, elle n’excite pas et n’empêche pas de dormir ! Les fumeurs doivent consommer davantage de vitamine C.
  • Il existe un antioxydant naturel moins connu et pourtant fabriqué par notre organisme : l’acide urique qui provient du foie et qui est éliminé en grande partie par les urines ! Mais bien évidemment, beaucoup plus compliqué à ingurgiter.

En résumé, plus on fait du sport plus on créé des déchets qu’il faudra nettoyer. Plus on fait du sport plus on a besoin d’apports extérieurs de vitamine C pour augmenter nos performances et aller plus loin, plus vite, en un seul morceau. A vous de jouer !

Notre expert

  • Marie Cabaret
  • Naturopathe-Iridologue
  • A toujours détesté courir jusqu’au jour où elle s’est mise à adorer ça
  • Court depuis 18 mois
  • 4 à 5 séances hebdomadaires