Il a vraiment tout pour plaire, ce volatile ! Notamment pour les coureurs qui ont besoin de bons nutriments mais qui ne veulent pas pour autant manger triste ou trop lourd. Son goût plutôt peu marqué s’accommode à toutes sortes de préparation et il peut ainsi revenir régulièrement au menu sans devenir monotone. Et, en plus, il a plein d’atouts !

Les apports protéiques

Toutes les parties du poulet (cuisses, filets, aiguillettes…) sont bien pourvues en protéines de qualité. C’est une viande idéale pour les coureurs qui ont besoin de ces acides aminés pour maintenir leur masse musculaire. Une belle escalope de poulet (120 à 130 g), c’est 35 g de protéines, soit 65 % des besoins journaliers pour une personne de 55 kg.

Les apports vitaminiques

Le poulet est un excellent pourvoyeur de vitamines du groupe B, notamment les vitamines B3 et B6. Ces dernières jouent un rôle indispensable dans la récupération et la construction cellulaire et musculaire. À titre d’exemple, une portion de poulet couvre 70 % des besoins journaliers en vitamine B3 (niacine) et 20 % en vitamine B6.

Les apports en oligo-éléments

Là encore, le poulet fait le plein. Un filet représente près de 30 % de nos besoins journaliers en sélénium, un micronutriment qui booste l’immunité. Du côté des apports en fer, ce n’est pas mal non plus, avec 10 % des AJR. Quant au zinc, cet oligo-élément qui aide à mieux récupérer, notamment en cas de blessure, c’est encore mieux, avec 20 % des besoins quotidiens.

Les apports en lipides

Des protéines, des vitamines, des oligo-éléments… Le poulet a déjà de quoi séduire. Mais ce n’est pas tout ! Ce volatile possède un autre argument de taille : il est très peu pourvu en graisses, seulement 4 g pour 100 g, lorsqu’il est consommé sans la peau et dans ses parties les plus maigres, comme le blanc. Mais surtout, ses lipides sont en majorité des graisses insaturées, c’est-à-dire bonnes pour le cœur. Ce n’est pas le cas du bœuf par exemple.

Poulet grillé mariné

Faites cuire le poulet entre 180 et 190 °C (th. 6/7), afin qu’il soit cuit à cœur mais qu’il conserve son moelleux.

700 g de poulet en morceaux (cuisses, aiguillettes, hauts de cuisses…)
2 cuil. à soupe de sauce soja
1 cuil. à soupe de jus de citron vert
3 cuil. à soupe d’huile d’olive
1 cuil. à café de thym séché
Sel et poivre

Laissez mariner les morceaux de poulet pendant 4 à 6 heures dans la préparation réalisée avec la sauce soja, le citron, l’huile, le thym, le sel et le poivre.
Égouttez les morceaux et laissez-les cuire sous le gril préchauffé à 180 °C (th. 6) pendant 10 minutes pour les parties sans os, en les retournant à mi-cuisson, et pendant 12 à 15 minutes pour les parties avec os. Servez avec une salade et un bol de céréales. Pour 4 personnes.

Q+R
Q : Le poulet bio, c’est vraiment mieux ?
R : La production de poulets bio est largement réglementée en France et doit répondre à un cahier des charges très strict. Aucun risque de manger un poulet de batterie si vous choisissez du bio, c’est au moins l’assurance d’une viande de qualité. À défaut de poulet estampillé bio, vous pouvez aussi acheter un vrai poulet fermier ou un poulet Label rouge. En revanche, attention aux poulets « premier prix ». Ces volailles sont plus grasses, car elles ne voient jamais la lumière du jour. Un poulet qui aura gambadé un minimum aura une chair plus ferme, moins grasse et plus goûteuse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.