Pour rester bien hydraté, a priori, c’est simple. On a soif après un entraînement ? On boit. Pourtant, on entend (et on lit) beaucoup de choses (parfois contradictoires) sur l’hydratation : il faut boire 8 verres par jour, la caféine déshydrate, etc. Or il est important d’y voir clair car l’hydratation joue un rôle central dans la performance. Voici pour vous le point sur les principaux mythes autour du sujet.

Mythe 1 : boire 8 verres par jour

Bien sûr, vous avez besoin d’un certain niveau de liquide pour rester bien hydraté. Mais le nombre de verre en lui-même ne veut pas dire grand-chose, les besoins varient d’un coureur à l’autre. Dire qu’il faut absolument avaler 8 verres par jour n’a pas de sens. La majorité des coureurs s’hydratent correctement en suivant simplement leurs sensations et leur soif qui évolue selon le niveau d’activité, la météo, etc.

Mythe 2 : La soif n’est pas un bon repère

Au contraire, la soif est un bon repère. C’est le principal signe envoyé par l’organisme indiquant qu’il est temps de se réhydrater (avant de risquer la déshydratation). Il faut donc rester à l’écoute de son corps et boire dès que l’on en ressent le besoin. Mais on peut aussi contrôler son niveau d’hydratation autrement. La couleur de l’urine est un bon indicateur. Pâle, vous êtes hydraté. Jaune plus foncée, il faut boire.

Mythe 3 : la caféine déshydrate

La caféine est connue pour donner un coup de fouet pendant la course, mais elle est aussi diurétique non ? Pas si simple. Des recherches récentes ont montré qu’ingérer de la caféine à hauteur de 250 à 300 mg (soit 2 tasses) augmentait sensiblement le niveau des urines 3 h après l’ingestion. D’autres recherches ont parallèlement montré que des sports tels la course à pied annulaient cet effet.

Mythe 4 : on ne peut jamais trop boire

Et si ! Et trop boire peut même s’avérer très dangereux, voire mortel. Car boire démesurément peut entraîner une hyperhydratation (ou hyponatrémie) avec pour conséquence une baisse du taux de sodium dans le sang. Ce problème est bien plus courant qu’on ne le pense, surtout chez les coureurs moins entraînés qui participent à un marathon. Conclusion ? Buvez quand vous avez soif, régulièrement et par petites gorgées, sans engloutir en peu de temps des litres d’eau.