Comment perdre du poids en courant ?

S’affamer

Sur le papier, cela peut paraître la bonne méthode. En effet, moins la ration énergétique est importante, plus l’organisme doit puiser dans ses réserves pour couvrir la dépense énergétique.

Cependant, en vous affamant, la seule chose que vous allez réussir à faire c’est être moins performant et risquer les blessures. Sans parler de votre humeur, qui va vite devenir massacrante ! « Même en période de restriction, il faut pouvoir s’entraîner sans altérer la performance, ce doit être le fil rouge des coureurs« , tempête Gilles Dreux, notre diététicien. De plus, les comportements extrêmes (comme s’affamer) ne sont pas sans conséquence sur la qualité de l’amaigrissement. Une perte de poids rapide et importante s’effectue toujours au détriment de la masse musculaire. En résumé, vous allez peut-être perdre rapidement vos 2/3 kilos, mais vous perdrez surtout du muscle et vous nuirez à votre entraînement. Ce qu’il faut faire ? Adopter une alimentation saine et équilibrée, suffisamment rassasiante mais sans excès.

Négliger les protéines

Riche en protéines, la viande est aussi (selon les morceaux choisis) parfois riche en graisses. On pense donc que pour retrouver la ligne, mieux vaut l’éliminer et consommer principalement des légumes.

Cependant, les protéines ont un effet de satiété important. Si vous prenez un repas sans protéines, vous aurez beaucoup plus de mal à tenir jusqu’au repas suivant sans craquer. Ensuite, si vous adoptez un régime alimentaire trop restreint en protéines, vous favorisez la fonte musculaire. « Même en période d’amaigrissement, il faut intégrer des protéines à chaque repas en favorisant les viandes blanches et les poissons« , insiste notre diététicien.

Boire de l’alcool

D’après de nombreuses études, un verre de vin à chaque repas permet de conserver un système cardio-vasculaire en bonne santé. Et ce n’est pas un petit verre ou un apéro qui va ruiner tout le régime !

Et pourtant… »L’alcool a un métabolisme différent de celui des glucides, des protéines et des lipides, car il favorise le stockage des graisses« , explique Gilles Dreux. Et ce quel que soit l’alcool, vin ou alcool fort. Par ailleurs, lorsque l’on boit, on ne mange pas ! Du coup notre cerveau n’analyse pas ces apports comme de réels ajouts caloriques, alors qu’avec 70 kilocalories au verre (de 10 cl), le vin (comme tous les alcools) est énergétique. « L’alcool est l’ennemi numéro 1 pour celui qui veut retrouver la ligne« , conclut notre expert. Conclusion : si vous voulez retrouver la ligne, c’est zéro alcool !

S’autoriser des excès parce que l’on court

Avec tout ce que l’on élimine en courant et les efforts pour retrouver la ligne, on peut se faire plaisir au moins une fois ou deux par semaine.

« En période d’équilibre, l’activité physique permet d’éliminer les petits excès, poursuit notre expert. Mais en période de restriction, les excès sont plus pénalisants qu’en période normale car l’organisme est en quelque sorte « à l’affut » et cherche à refaire ses réserves de graisses. Donc chaque écart se paie cash. » Tous les efforts de la semaine peuvent être anéantis par un seul repas !

Ne rien manger avant l’entraînement, se gaver après

En courant à jeun, on perd beaucoup, on peut ainsi s’autoriser à manger ce que l’on veut après ! Non ?

« Chez les coureurs qui sont habitués à courir à jeun et qui n’arrivent rien à avaler avant, ne pas manger avant l’entraînement n’est pas en soi un problème. Cela permet en outre de puiser plus directement dans les réserves de glycogène. » Mais cela n’autorise en aucun cas de se gaver après. L’objectif de l’alimentation après l’entraînement, c’est de refaire les réserves sans surplus. Si vous vous gavez vous emmagasinez un surplus…qui sera stocké. C’est avant tout un problème de comportement et d’approche psychologique de l’alimentation ; or il faut toujours rester dans la modération, donc manger avant et après , mais de manière rationnelle. Le repas d’après entraînement doit en effet se composer de glucides et de protéines (évitez les graisses). Et n’oubliez pas de vous hydrater.

Consommer des gels, barres et autres boissons isotoniques lors des sorties courtes

Ces produits dits « de nutrition sportive » ne sont pas considérés comme des encas caloriques (contrairement aux gâteaux, par exemple) et permettent de courir plus vite (et donc de dépenser plus!).

En réalité, ces produits sont très caloriques et formulés pour répondre aux besoins des sportifs dans des conditions particulières. « Pour les sorties de moins d’une heure, il faut seulement prendre de l’eau, prévient Gilles Dreux. Les gels et les barres sont des concentrés d’énergie, donc de calories. Sur des efforts courts, ils n’ont pratiquement aucune incidence sur la performance. » En revanche, les apports caloriques sont bien réels ! Vous pouvez vite ingurgiter plus de calories que celles que vous brûlez en courant.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.