OBSTACLE « Je n’ai pas pu m’entraîner pendant une semaine parce que [insérez la raison] et j’ai l’impression que cela va être trop difficile de tout reprendre à zéro. Je ferais mieux de laisser tomber. »

SURMONTEZ-LE Appuyez sur le bouton « réinitialiser » et recommencez avec le nouveau vous, comme dans un jeu vidéo. Ne pensez qu’à avancer et à progresser à partir de maintenant.

OBSTACLE « Je ne peux pas aller courir, j’ai peur que tout le monde se moque de moi. »

SURMONTEZ-LE Demandez à un ami de vous accompagner pour votre première séance – à la salle de sport, en forêt ou même dans un groupe de course à pied. Ou entrez en contact sur Internet avec des débutants qui s’apprêtent à effectuer leur première sortie. Nous sommes tous complexés au début. Demandez à des personnes qui ne courent pas de vous soutenir et de vous encourager – votre famille, vos amis, vos collègues. Une personne n’appartenant pas au monde de la course à pied qui sait que vous n’étiez pas sportif avant sera admirative en apprenant que vous avez couru 3 km. Et c’est admirable.

OBSTACLE « Je suis trop occupé entre mon boulot, ma vie et mes enfants. »

SURMONTEZ-LE « Trouvez un moment dans la journée où courir sera non négociable », conseille la coach et kinésithérapeute Susan Paul. Pour la plupart des coureurs,
ce moment se situe le matin, au réveil, quand ce n’est pas encore l’heure des réunions et que les enfants sont encore au lit. « Si vous courez tôt le matin, vous n’avez pas le temps de trouver une excuse », poursuit-elle. Assurez-vous d’avoir suffisamment de temps pour votre séance pour ne pas commencer votre journée stressé. Si courir le matin signifie que vous devrez vous dépêcher pour aller au travail de peur d’être en retard, vous n’aurez plus envie de vous entraîner, note Charles Duhigg, auteur du livre The Power of Habit (disponible en anglais) et coureur à ses heures. « Le cerveau associera l’entraînement à un sentiment négatif et il sera difficile d’en faire une habitude. »