© Red Bull Content Pool

Imaginez le cauchemar : vous êtes à 3 kilomètres du départ. Vous aviez prévu de filer à 4 minutes au kilomètre et, en regardant votre montre, vous constatez que votre allure est désormais loin de cet objectif. Et le reste du parcours tient plus d’une longue côte que de la promenade de santé… Bref, vous ne reviendrez pas.

Advertisement

NE LÂCHEZ RIEN, JAMAIS

Personnellement, j’ai déjà connu des courses qui ressemblaient plus à des exercices de motivation qu’à un effort physique ! Tant que vous n’êtes pas blessé, il est important de continuer car, à ce moment précis, tous les autres coureurs vivent exactement les mêmes difficultés que vous et rien n’est forcément perdu. En revanche, soyez sûr que si vous abandonnez une fois, le mal sera fait et il sera difficile de ne pas céder à nouveau. Autrement dit, vous risquez de graver dans votre cerveau le début d’une mauvaise habitude, qui peut, peut-être, se transformer en handicap psychologique.

Advertisement

ADAPTEZ-VOUS

Essayez plutôt de vous accrocher aux autres, même s’ils vous paraissent moins forts. La question est d’ordre psychologique. Vous devez passer à un nouvel objectif pour transformer cette mauvaise performance en une chance de progresser. Peut-être allez-vous tenir parmi les coureurs et vous mesurer à eux ? Vous devez avant tout voir votre effort comme un nouveau challenge pour vous remotiver. Tentez aussi de raccourcir votre foulée. Assurez-vous que vous n’êtes pas trop en arrière, en appui sur vos talons. Restez à l’écoute de votre foulée, votre posture.

DIVISEZ POUR MIEUX GAGNER

Cela consiste à avancer en fonction de distances déterminées. Concentrez-vous sur le prochain kilomètre ou le prochain ravitaillement, sans penser à la distance dans sa globalité. Le but est de diviser l’effort pour, au final, couvrir la totalité de la distance. Psychologiquement, le fait de ne « pas tourner en rond dans votre tête » par rapport à la distance qu’il vous reste à parcourir avant de franchir la ligne d’arrivée est déterminant, car c’est la tête qui commande les jambes et non l’inverse.

RESTEZ CONCENTRÉ

La meilleure chose à faire consiste à vous recentrer sur votre effort en vous fixant de nouveaux objectifs. Cela vous permettra de vous concentrer sur autre chose et d’oublier cette mauvaise passe. Lors d’une mauvaise course, vous aurez besoin de revenir aux fondamentaux, comme la respiration. Concentrez-vous sur votre inspiration et sur votre expiration. Vous pouvez également caler votre respiration sur votre foulée. Cela peut vous aider à reprendre un bon rythme et à vous sentir mieux.

RELATIVISEZ

Vous pensiez pouvoir courir ce semi en 1h30min et, finalement, vous finirez autour de 1h45 min. Un drame ? Pas forcément. Si l’on fait un rapide calcul, un semi en 1h30 min donne un temps de 4min15s au kilomètre. La même distance courue en 1h45min donne une allure de 5 minutes au kilomètre. Soit 45 secondes de plus, au kilomètre. Sur le moment, difficile de se satisfaire d’un tel écart de temps, mais, en y réfléchissant, ce n’est pas si énorme.

POSITIVEZ

La meilleure séance d’entraînement reste toujours la compétition. En d’autres termes, considérez cette course comme une séance qui vous permettra de rebondir. Si vous vous concentrez sur un objectif à court terme – a fortiori un objectif raté – vous risquez de mettre en place de mauvais mécanismes psychologiques. Apprenez à appuyer sur le bouton « Reset » au bon moment. Ce sont autant de stratégies et de moyens possibles pour sortir de la spirale infernale en continuant à avancer. Vous allez substituer des pensées négatives par des buts positifs. Une démarche mentale qui peut tout changer et peut-être vous remettre en course, même dans les pires moments. C’est une expérience fondamentale pour la suite de votre vie de coureur.