Les zones d’appui de votre pied s’épaississent lorsque vous courez. Par exemple, des durillons se forment souvent au niveau du talon, ce qui signifie simplement que la peau se renforce par le biais de la kératose. Avant la course, veillez à ce que ces kératoses ne soient pas trop épaisses. Elles pourraient engendrer des brûlures, voire des ampoules profondes. A l’inverse, c’est-à-dire en enlevant toute la kératose, cela équivaudrait à courir pieds nus, donc totalement déconseillé. Trouvez le juste milieu !

Sachez également prendre soin de vos ongles. Trop longs, ils risqueraient de cogner contre le fond de la chaussure. Trop courts, des micro-arrachements pourraient avoir lieu.

Le jour J, dès le matin, appliquez de la teinture de benjoin sur tout le pied (nous reviendrons sur ses bienfaits plus tard ;p). Une heure plus tard, appliquez une crème anti-frottements. Plus votre pied est sec, plus la quantité de crème sera importante. Même topo si la distance du parcours rallonge.

Enfin, pour les plus fragiles, n’hésitez pas un instant à imiter les grands sportifs : appliquez des bandages épais sous le pied et les zones d’appuis. Votre pied s’en souviendra.