Le cross-training (ou entraînement croisé) est un concept assez farfelu pour ceux qui ne croient pas en l’intérêt de varier les exercices d’entraînement. En effet, il est déjà parfois assez difficile de caser 30 min de course dans son agenda, alors comment trouver le temps de nager, pédaler, etc. ?

L’intérêt croissant pour les sports pluridisciplinaires peut expliquer ce soudain sentiment d’obligation de pratiquer le cross-training. Pour faire partie de l’élite, certains athlètes s’entraînent plusieurs heures par jour. Mais qui en a réellement besoin ?

Si tout le monde peut bénéficier des bienfaits du cross-training, il est parfois difficile d’identifier le type et la quantité de cross-training dont nous avons besoin. Autrefois, les choses étaient simples : les coureurs couraient, les nageurs nageaient, les cyclistes pédalaient et les haltérophiles soulevaient. Et puis, tout s’est mélangé : les coureurs se sont mis à pédaler, les cyclistes à courir et les nageurs à soulever des poids. Aujourd’hui, il est courant de voir des nageurs monter des escaliers sans fin ou de voir des skieurs de fond dans une salle de sport. Ces activités peuvent sembler étanges mais elles sont très bénéfiques. Elles vous permettent d’étirer certains muscles, d’en renforcer d’autres et de brûler de nombreuses calories.

Tout cela est bien beau, mais qu’apporte réellement le cross-training au coureur ? Et quelles disciplines sont les plus adaptées ?

LA THÉORIE DU PLUS POUR MIEUX

Les partisans de cette théorie pensent que le coureur doit choisir les exercices de cross-training les plus proches possible de la course à pied.
LA LOGIQUE: Plus les muscles de course sont développés, meilleure est la course.

LA THÉORIE DU REPOS

Selon cette approche, les coureurs doivent opter pour un exercice de cross-training le plus différent possible de la course à pied.
LA LOGIQUE : Vous pouvez brûler des calories tout en reposant vos muscles de course et vous ne créerez pas de déséquilibre musculaire, souvent à l’origine de blessures malencontreuses.

LA THÉORIE DE LA SPÉCIFICITÉ

Les défenseurs de la spécificité pensent que le cross-training est tout simplement à éviter pour le coureur. Ce n’est qu’une perte de temps et une source de fatigue. Si vous avez besoin de repos, reposez-vous complètement.

LA LOGIQUE : Chaque entraînement est spécifique à son sport. La meilleure façon de s’entraîner pour la course à pied est donc de courir.

Pas étonnant que de nombreux coureurs soient perdus. Qui croire et quelle théorie suivre ? Toutes les approches sont justifiées. Pour optimiser votre programme d’entraînement, choisissez l’activité qui correspond le plus à vos objectifs actuels en matière de forme physique et de course à pied. Nous avons conçu ces programmes de cross-training pour 5 types de coureurs afin de faciliter votre choix. Choisissez celui qui vous correspond le mieux et suivez nos conseils.