Si vous demandez à un coach ou à un psychologue du sport des conseils pour rester motivé, ils vous diront probablement la même chose : inscrivez-vous à une course. Une bonne solution pour de nombreux coureurs – prévoir une compétition donne un objectif à votre entraînement et vous oblige à y penser à deux fois avant de louper une séance. Comment faire si vous n’aimez pas la compétition ? Ne vous inquiétez pas. De nombreux coureurs trouvent l’inspiration dont ils ont besoin sans jamais accrocher un dossard à leur tee-shirt. « S’entraîner pour une compétition donne une raison de courir, même quand on préférerait rester chez soi, note le Dr Duncan Simpson, professeur adjoint de psychologie du sport, de l’exercice et de la performance. Mais certaines personnes courent pour le plaisir de courir et leurs motivations sont différentes. » Les secrets pour rester motivé sans ligne d’arrivée en vue peuvent aider tous les coureurs – compétiteurs ou non – à poursuivre l’aventure du running.

LE SECRET : FAITES-LE POUR VOUS

Cathy Kim, 49 ans, a couru un semi-marathon quand elle avait 20 ans. En franchissant la ligne d’arrivée, elle s’est dit plus jamais. « C’était horrible, se souvient-elle. Le fait de devoir me concentrer sur mes temps de passage et ma vitesse a complètement modifié mon expérience de la course à pied. » Elle a mis un terme à sa carrière de compétitrice, mais sa carrière de runneuse a duré 20 ans. « J’ai commencé à courir pour me détendre et prendre l’air, poursuit-elle. C’est devenu un moment qui me permet de réfléchir. »

Utilisez-le Cathy Kim est poussée par une « motivation intrinsèque », explique le Dr Cindra Kamphof, directrice du Centre for Sport and Performance Psychology à l’université d’État du Minnesota. « Les personnes motivées de cette façon courent pour elles
et pour le plaisir de courir. » Courir après les médailles et les records personnels peut vous donner un objectif à court terme, mais pour le Dr Duncan Simpson, il est important d’identifier les raisons pour lesquelles vous courez. Est-ce pour canaliser votre stress, perdre du poids, être en forme ou rencontrer des gens ? En identifiant ce qui vous motive,
vous découvrirez la valeur qu’ajoute la course à pied à votre vie.

LE SECRET : SUIVEZ UN PLAN

Vous pouvez snober la compétition et avoir quand même des objectifs. Affrontez votre plus grand adversaire : vous. Si vous aimez la structure, la direction et la progression qu’offre un plan d’entraînement, vous pouvez très bien en suivre un, même si vous ne prenez pas le départ d’une course la dernière semaine.

Utilisez-le Même si vous n’avez aucune course prévue, le Dr Duncan Simpson conseille de courir avec un objectif. Un jour de la semaine, vous pouvez faire une sortie longue lente et ajouter 1 km chaque semaine. Un autre jour, vous pouvez effectuer des répétitions en côte en travaillant votre position et en effectuant la dernière répétition à la même allure que la première. Un autre jour encore, faites un footing avec des amis pour socialiser, pour le plaisir ou pour récupérer. « L’idée est de connaître les bénéfices que vous tirez de chacune de vos sorties pour ne pas avoir envie de les rater », précise le Dr Duncan Simpson. Il conseille également de vous fixer des objectifs. Développer l’endurance ou la vitesse pour rester classique ou courez au moins 2 km tous les jours pendant un mois pour être plus créatif. Ou essayez de courir plus de kilomètres en mai qu’en avril.

LE SECRET : LEVEZ LE PIED

Quand on prépare une course, il est difficile de s’accorder des pauses ou de courir moins vite, même quand les muscles en ont vraiment besoin, note le Dr Cindra Kamphof. Mais en donnant tout à chaque séance, vous risquez de vous blesser et de ne plus pouvoir courir. Les coureurs qui ne font pas de compétition sont plus enclins à adapter leur routine, car ils sont focalisés sur la pratique de la course à pied à long terme : « Pendant une période, j’effectuais une compétition tous les week-ends, raconte Kathleen Gina, 65 ans, coureuse depuis 35 ans. Mon objectif était d’être bien placée dans ma catégorie et je l’ai fait pendant 10 ans, mais je me blessais souvent. » Gina a arrêté la compétition il y a 12 ans. Elle a laissé son corps de reposer (et il en avait bien besoin !) et a rejoint un groupe de coureurs qui courent uniquement pour le plaisir. Elle ne se blesse plus et adore courir.

Utilisez-le Tenir un journal d’entraînement peut être utile. « Ne vous contentez pas de noter le nombre de kilomètres courus, précise le Dr Cindra Kamphof. Écrivez ce que vous ressentez physiquement et mentalement après chaque séance. Et utilisez vos notes pour identifier une blessure en devenir ou une grosse fatigue. » Écouter les signaux que vous envoie votre corps et ralentir peut vous aider à éviter de plus gros problèmes.