Étirements

Si l’après-course est impérativement dédiée aux étirements, ceux-ci doivent simplement vous permettre de soulager certaines raideurs.

Vous avez tellement souvent vu cette photo d’un coureur se touchant les orteils et probablement observé des coureurs réaliser ce mouvement, connu sous le nom d’étirement statique et consistant à étirer les muscles et les tendons afin d’augmenter leur flexibilité, que vous aurez du mal à croire que celui-ci n’est pas recommandé avant de courir.

Les étirements font l’objet de nombreux débats depuis plusieurs années. Il n’y a aucune preuve que les étirements statiques permettent de prévenir les blessures ou d’améliorer les performances. Le contraire serait même à craindre selon certains experts. En termes de prévention, l’amplitude de mouvement est plus vitale que la flexibilité. « Si courir ne génère chez vous ni douleurs ni blessures, alors il est inutile de vous étirer », déclare William O. Roberts, enseignant à l’université du Minnesota.

Profitez donc plutôt des quelques minutes d’avant-course pour vous échauffer en effectuant des étirements dynamiques . Ces exercices améliorent votre amplitude de mouvement et détendent les muscles sollicités pendant la course. Si, après la course, vous sentez des tensions au niveau des mollets, des ischio-jambiers, de la bandelette IT ou des quadriceps, réalisez les étirements statiques. Chaque étirement doit être légèrement désagréable, pas plus. Si c’est le cas, arrêtez.