Il peut être difficile de battre les accros au running, mais être passif n’est pas idéal non plus. Si la compétition motive, vous devez tout de même vous concentrer sur votre performance et non celle des autres. Essayez de savoir si votre esprit de compétition est mesuré ou s’il est incontrôlable et a besoin d’être canalisé.

VOUS EFFECTUEZ LA PRÉPARATION D’UN AUTRE, À VOS FRAIS

LA SOLUTION : Être à l’écoute de votre corps est plus efficace que d’essayer d’égaler un adversaire. Augmentez la distance de 5 à 10 % toutes les semaines, prenez en compte la fatigue, les douleurs ou les troubles du sommeil. Ignorer ces problèmes pourrait vous mettre hors course pendant des semaines.

VOUS NE FAITES QUE MANGER, DORMIR, COURIR ET COGITER

LA SOLUTION : Une compétitivité intense peut être contre-productive et ôter tout plaisir au running. Répertoriez tout ce que vous aimez dans la discipline ainsi que vos autres engagements. Prenez du temps pour chacun d’eux. Vous ne perdrez pas de vue la course, et en cas de contre-performance, ce ne sera pas la fin du monde.

VOUS ÊTES MEILLEUR EN ENTRAÎNEMENT QU’EN COMPÉTITION

LA SOLUTION : Ceci suggère que vous pourriez douter de vous sous les feux des projecteurs le jour J. Pour booster votre assurance, souvenez-vous de vos exploits passés. Demandez à un partenaire de vous les raconter : les entendre d’un point de vue extérieur est beaucoup plus persuasif.

VOTRE ROUTINE DE COURSE EST TROP… ROUTINIÈRE

LA SOLUTION : Pimentez les choses en ajoutant une séance de vitesse ou en changeant de parcours pour votre prochaine séance. Sortir de votre zone de confort aide à gagner en vitesse et en énergie et développe la motivation et l’assurance. Vous retrouverez alors plaisir à courir.

VOUS ABANDONNEZ VOTRE PLAN DE COURSE POUR VOUS CONFRONTER AUX ADVERSAIRES ALENTOUR

LA SOLUTION : Vous concentrer sur le peloton n’améliorera pas vos performances. À l’inverse, cela a de grandes chances de compromettre votre objectif. Courez votre meilleure course possible et choisissez un mantra tel que « pars doucement, termine en force ».  Visez les accélérations régulières et ne vous préoccupez pas des autres.

VOUS ÉVITEZ LES DÉFIS TELS QUE LES COMPÉTITIONS

LA SOLUTION : Certains coureurs fuient les compétitions par crainte de l’échec. Dédramatisez en établissant un objectif abordable (notamment finir un semi-marathon) et en vous concentrant sur vos efforts. Vous gagnerez assez d’assurance pour établir de plus grandes aspirations. L’échec est une partie importante du processus d’apprentissage, qui vous aide à maîtriser les courses à venir.