Beaucoup de champions choisissent d’enchaîner les épreuves, et de baser une partie de leur entraînement sur les compétitions. Une stratégie qui peut s’avérer très intéressante (à condition d’avoir déjà un minimum d’intérêt pour la course).

Jouez sur la pré-fatigue

En additionnant les distances et en jouant sur les intensités, vous allez utiliser la compétition comme un entraînement amélioré. Un levier qui vous permettra de pousser votre effort. L’intensité et la durée seront suffisantes pour vous apporter un plus par rapport à entraînement classique.

Comment faire : Pour une course de 5 km, vous pourrez par exemple continuer à courir une fois passée la ligne d’arrivée. Sur un 10 km, rajouter une récupération en endurance de 10 à 20′, à l’arrivée. Vous pourrez également organiser votre semi-marathon comme une sortie longue en endurance, en y intégrant des fractions courues à allure marathon.

Diversifiez les distances

Inutile de répéter sans cesse les mêmes compétitions. Les distances courtes sont idéales pour appréhender la tactique et la stratégie. « Ce sont des courses intenses qui apprennent à mieux se connaitre dans l’effort ». Les compétitions plus longues (type semi-marathon) sont par définition plus étirées. « Elles permettent un travail sur le mental en s’habituant à gérer les coups de pompe ».

Comment faire : Essayez de vous inscrire sur des courses qui vont vous permettre de travailler les qualités dont vous aurez besoin pour bien préparer votre objectif prioritaire. Pour un marathon par exemple, essayez de trouver un semi avec un départ tôt le matin, et avec un parcours plutôt urbain.

Ménagez-vous

« Ne vous inquiétez pas du chrono final, l’objectif n’est pas là ». Tout l’intérêt est d’avoir une meilleure connaissance de ses allures et d’intégrer naturellement les bons rythmes. Il faudra donc toujours garder à l’esprit qu’il s’agit d’abord d’un entraînement, pour un objectif plus important.

Comment faire : Courez la première moitié 5% plus lentement puis terminez aussi vite que vous le pourrez. Autre possibilité, courez la première moitié 5% plus vite, une manière de s’endurcir et d’apprendre à s’accrocher. Qualité essentielle pour un compétiteur.