En termes de nutrition, qu’est-ce qui est essentiel pour une athlète comme vous ?
J’aime cuisiner. J’ai même un blog où je propose des recettes pour tout le monde. La cuisine joue donc un rôle important dans mon programme quotidien. Le corps des athlètes doit être bien préparé avant une course, avec beaucoup de protéines, alors je mange de la viande ou des œufs et parfois aussi des produits laitiers.

Vous arrive-t-il de faire des écarts ?
Oui, ça arrive parfois. C’est nécessaire pour se libérer la tête. Il m’arrive simplement de manger du gâteau ou quelques frites, par exemple. Je ne pense pas que ce soit une bonne chose de rester toujours complètement focalisée sur mon objectif. Et pour être honnête : j’adore tout ce qui est sucré !

- Publicité -

Qu’est-ce qui fait votre force ?
Ma famille est vraiment très importante, c’est mon équipe. Ils savent comment j’étais avant de commencer le sport. Quand ils sont là, je peux être moi-même, me détendre et me concentrer.

Comment vous préparez-vous mentalement pour une course ?
Je suis vraiment décontractée avant une course. Je ne me sens pas nerveuse du tout. J’essaie même de me mettre un peu la pression, car sinon je suis parfois trop détendue. Plaisanter, faire un bon échauffement : voilà ma façon d’aborder une course.

Comment gérez-vous la défaite ?
Ça dépend. J’essaie d’oublier les mauvaises courses aussi rapidement que possible. Mais avant de les sortir complètement de mon esprit, j’essaie de comprendre pourquoi j’ai échoué. Ensuite, je me concentre sur la prochaine course et j’essaie de tirer des leçons de mes erreurs. Parfois, on fait une analyse approfondie, mais ce n’est pas systématique, car cela peut devenir contre-productif de trop se focaliser sur ses échecs : on se met à y penser lors de la course suivante.

Quel est votre objectif pour les Championnats d’Europe à Berlin ?
Je veux être championne d’Europe !

Est-ce que votre but a toujours été de gagner ?
Bien sûr ! Si je n’avais pas pour objectif d’essayer d’être la meilleure, je ne serais pas dans le bon état d’esprit. Il faut chercher à courir le plus vite possible à chaque fois.

Les Jeux olympiques se dérouleront à Tokyo en 2020. Y pensez-vous déjà ?
Je n’y pense pas beaucoup actuellement, car c’est encore loin pour moi. L’année prochaine, ce sera le Qatar (où se dérouleront les Championnats du monde d’athlétisme en 2019), alors je me focalise sur l’année à venir.

Comment vous entraînez-vous pour un tel événement ?
Généralement, je m’entraîne 10 fois par semaine, alors je fais parfois deux séances par jour. Nous alternons des sessions faciles, d’autres plus dures et quelques séances de vitesse.

Nike a créé la Pegasus Turbo. Comment cette chaussure de course vous aide-t-elle dans votre entraînement quotidien ?
C’est la chaussure que je porte pour mes entraînements quotidiens. Elle offre du maintien, est réactive et bien ajustée. De plus, ce modèle est léger et esthétique. Je trouve que cette chaussure est vraiment parfaite pour moi, mais aussi pour le grand public.

Qu’est-ce qui vous plaît dans le style de ce modèle ?
J’aime beaucoup sa couleur, mais aussi le Swoosh – le célèbre logo de Nike – bien visible.

L’histoire de Nike a débuté avec des chaussures de course. Quand avez-vous découvert la marque pour la première fois ?
Tôt ! J’optais toujours pour la marque Nike quand j’étais enfant et j’ai commencé la course alors que je n’avais que 9 ans. Plus tard, adolescente, je m’achetais des articles Nike.

Quelles autres superstars de Nike aimeriez-vous rencontrer ?
Serena Williams, Neymar et LeBron James. Si vous pouviez m’organiser une rencontre avec les trois, ce serait parfait ! [Rires]