pensees-parasites

La différence entre une bonne et une mauvaise séance commence souvent dans la tête. Si vous appréhendez trop un entraînement perçu comme difficile ouennuyeux, votre corps a toutes les chances de suivre votre mental et de subir la séance. Conséquence: l’entraînement risque d’être bel et bien fidèle à ce que vous redoutiez. Mais rassurez-vous, ce mécanisme est réversible. Il est tout à fait possible d’inverser la tendance, encore faut-il pouvoir identifier et gérer ses pensées parasites.

POUR COURIR HEUREUX, LIBÉREZ-VOUS !

«Pour parvenir à un état de bien-être, il ne suffit pas d’appuyer sur un bouton. Les jours sans, il faut toujours se rappeler pourquoi on court, et, dans la mesure du possible, essayer de donner du sens à son activité», analyse Makis Chamalidis, psychologue spécialisé en sport, en charge de nombreux champions et rattaché au Centre national d’entraînement de Roland- Garros. L’une des raisons pour lesquelles le sportif peut être démotivé est qu’il oublie ses objectifs principaux. Des piqûres de rappel sont toujours nécessaires pour rester en phase avec ses motivations profondes.

COMMENT FAIRE ?

«Il vaut toujours mieux se fixer des objectifs de moyens, plutôt que des objectifs de résultats», autrement dit, il est plus intéressant de faire des petits pas qui dépendent de soi, comme veiller à sa nutrition, à sa respiration ou à sa posture, plutôt que de se fixer des objectifs qui ne dépendent pas que de soi (aller plus vite que telle personne, chercher un chrono pour lequel on n’est pas encore prêt…). «Le coureur doit bien comprendre en quoi la course lui est bénéfique et tout ce qu’elle apporte concrètement à sa vie personnelle.»

CHASSEZ LES PENSÉES PARASITES

«Ne laissez pas le stress vous envahir et ne le subissez pas. Essayez plutôt de vous recentrer sur du concret, comme les séances d’entraînement déjà faites, ou les objectifs accomplis. Des choses bien réelles qui vous ont permis de vivre des moments enthousiasmants. Autant de souvenirs agréables et motivants.» Ainsi, vous éviterez de vous laisser entraîner par des pensées parasites.

NE RECHERCHEZ PAS IMMÉDIATEMENT LE BIEN-ÊTRE

«Il faut accepter que la satisfaction ne vienne pas immédiatement, car chacun fonctionne différemment. Il faut donc apprendre à se connaître et à identifier ce qui provoque le déclic. On ne peut pas obtenir à chaque séance un bien-être et un plaisir immédiats. Certains jours, nous pouvons être plus fatigués ou moins en forme.»

ÉVITEZ DE TROP PENSER

«Si le coureur espère atteindre un état de plénitude à chaque séance, il y a finalement peu de chance que cela se produise, car il est difficile de convoquer cet état de bien-être. Plus on cherche à l’obtenir, plus on y pense, et finalement moins il y a de chance d’y parvenir. Apprendre à être patient et revenir aux fondamentaux est beaucoup plus efficace.»

RESTEZ CONCENTRÉ SUR L’INSTANT PRÉSENT

«Se recentrer sur des choses simples va vous aider à mieux courir. On a tout intérêt à se concentrer sur ce que l’on est en train de faire et sur l’instant présent plutôt que de chercher à vouloir toujours extrapoler. Occupez-vous de bien faire les petites choses qui dépendent de vous sans calculer. Vous ferez l’addition à la fin.»

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.