Pourquoi l'aérobie nous fait tant de bien?

La plupart des coureurs affirment que…
Les footings tranquilles sont encore la meilleure façon de récupérer des séances d’intensité.

Mais d’autres pensent différemment…
Quelle est la règle ? Une étude, menée sur des coureurs durant la semaine qui suivait un marathon, a démontré que ces séances en footing très léger ralentissaient le processus de récupération. Après un marathon, ou une séance de qualité particulièrement difficile, le mieux est encore de se reposer ou de changer de sport.

La plupart des coureurs affirment que…
Les sorties au seuil, ou un travail qui habitue le corps à fonctionner avec un certain seuil de lactates, sont essentielles pour améliorer le seuil de tolérance à l’accumulation de ces lactates dans le sang.

Mais d’autres pensent différemment…
Les lactates et l’acide lactique ont été jugés inoffensifs et peuvent même vous aider dans votre course. Ce ne sont pas des déchets et ils ne causent pas de douleurs ou de fatigue.

La plupart des coureurs affirment que…
Les exercices de plyométrie, comme les pas chassés, les talons-fesses ou les sauts, sont un moyen de devenir plus fort et plus rapide.

Mais d’autres pensent différemment…
Ces exercices peuvent tout aussi bien amener à vous blesser, surtout si vous n’êtes pas déjà entraîné ou que vous les réalisez mal. Le seul bénéfice significatif est l’amélioration de la foulée ou de l’économie de course. Mais, pour la plupart des coureurs, les risques ne valent pas le temps consacré.

La plupart des coureurs affirment que…
Un bain glacé augmenterait le processus de récupération.

Mais d’autres pensent différemment…
Arrêtez ce type de pratique ! Une étude australienne, réalisée en 2007, a démontré que ces coureurs n’allaient pas mieux après avoir pris un bain de glace, plutôt qu’un bain normal dans de l’eau tiède !

La plupart des coureurs affirment que…
La façon dont vous courez dépend principalement de la façon dont vous êtes capable d’utiliser l’oxygène.

Mais d’autres pensent différemment…
Les principaux éléments influant sur votre course sont les muscles sollicités durant la course et non votre capacité respiratoire. Il y a sans doute une plus grande corrélation entre votre temps au sprint et sur marathon, qu’entre des résultats en aviron et sur marathon !