Une façon différente de gérer les scénarios de course pour l’avenir… Afin de gérer pleinement ces changements de relief, voici quelques conseils.

Pour courir vers les sommets, penchez-vous légèrement vers l’avant dans la pente et réduisez votre longueur de foulée en vous assurant que vous rebondissez bien sur vos orteils. Pompez sur vos bras pour vous propulser vers le haut. Gardez-les pliés à 90 degrés au niveau du coude.

Dans les descentes, ne vous penchez pas en arrière afin de mettre trop de pression sur les talons et les muscles ischio-jambiers. Pour une pente douce, allongez votre foulée. Si le dénivelé est moyen, penchez-vous légèrement vers l’avant, garder les genoux mous et les bras larges pour vous stabiliser. Enfin, si la pente est raide, faites des zigzags pour diminuer l’angle de la pente. Si vous commencez à perdre le contrôle, faites un petit bond afin que votre équilibre se rétablisse.

Courir est une bonne chose, mais marcher est également conseillé et la gestion s’avère encore différente. Pour monter la pente, exagérez vos foulées tout en gardant vos mains sur les cuisses. Utilisez celles-ci pour pousser plus fortement. Vous générerez élan et économie d’énergie.

Vous accroîtrez ainsi votre endurance tout en vous renforçant musculairement !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.