3 astuces pour éviter les chiens !

Avec l’été qui est là on rencontre de plus en plus d’animaux (seuls ou accompagnés de maitres laxistes) en liberté. Même si bien souvent, nos amis les bêtes ne représentent aucun danger réel, il est possible de tomber nez à nez avec un molosse affamé. Pour éviter le drames, Runner’s World France vous confie 3 astuces de Thierry K., major de la brigade cynophile du raid, pour éviter les chiens et leurs dents pointues.

1. Restez calme

Cela demande du sang-froid, mais surtout, ne courez-pas : vous renforceriez son instinct de prédation. Parlez-lui sur un ton apaisant. Evitez les gestes brusques, ne le regardez pas droit dans les yeux pour ne pas le défier du regard, et montrez que vous êtes en confiance avec une présentation de la paume de la main en écartant peu le bras du corps.

2. Soyez le patron

Ne criez pas, prenez l’ascendant avec un ton ferme. Ne lui faites pas face pour ne pas lui laisser penser que vous souhaitez la confrontation et respectez une distance de sécurité d’au moins 5 mètres.

3. Écartez-vous

Ne lui fermez pas la route pour le laisser prendre la fuite. Dans le pire des cas, sacrifiez un bras pour protéger les zones sensibles du corps et tentez de l’attraper par le collier ou par la gorge pour le décoller du sol et lui faire lâcher prise, résistez au réflexe de retirer brusquement la partie mordue et accompagnez au contraire le geste pour éviter d’aggraver la blessure.

Sachez également que, contrairement à la pensée commune, il n’y a pas de race plus dangereuse que d’autres, ce sont les propriétaires irresponsables qui sont la cause de la plupart des accidents, qui, statistiquement, sont davantage causés par les petits chiens.

Des causes connues

L’animal a une tendance naturelle à poursuivre et attraper dans sa gueule tout ce qui fuit devant lui. Si vous faites intrusion sur son territoire, il peut se sentir menacé et devenir à son tour menaçant. A moins de 5 mètres, il n’a pas d’autre issue que d’attaquer ou fuir, s’il le peut. Toutes les morsures sont septiques, car la flore dentaire canine comporte de nombreux germes.

Interprétez les attitudes hostiles

Si le chien a le corps tendu, la tête en avant, les yeux dilatés, les babines retroussées et la queue dirigée vers le haut montrant sa confiance, l’attaque est imminente. Un chien apeuré dont le regard est fuyant, la queue portée très basse est susceptible de mordre par peur. Ces attitudes sont renforcées par des grognements, des aboiements, voire des claquements de dents.

6 Commentaires

  1. Discrètement, calmement, je lui échappe : sauter dans un fleuve ou un ruisseau, se jeter dans un champ de ronces-orties-tiques, grimper dans un arbre (ou un poteau mais là…), hurler « à qui appartient ce chien ? » (avec qques jurons, ça marche pas trop mal), faire demi-tour si la distance le permet (et sacrifier son segment Strava). Un ami est équipé d’un sifflet à ultra-sons. Reste le tazer… Mouais, bof. Trop lourd à transporter. Dernière suggestion : attacher Youki en laisse. Aussi gentil soit-il, Youki n’aime que le cuissot de runner.

  2. Oui lui donner un steak empoisonné mais dans ce cas il faut faire un footing avec un steak dans son camel-bag… et avoir le temps de le sortir sans trébucher. Et bien viser.mmmm je le sens pas le truc.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.