Courir sur des billes, c’est désormais possible ! La Joyride Run Flyknit embarque en effet des milliers de petites billes dans sa semelle, des billes en TPE, un copolymère de plastique et de caoutchouc. Pourquoi ce matériau ? Parce qu’après des centaines de tests et plus de cent cinquante matériaux testés, il s’est révélé la combinaison idéale pour offrir ce que recherchaient les ingénieurs de Nike : une légèreté dans la course qui donne l’impression de courir sur des bulles.

Une sensation de légèreté

Contrairement au coussin d’air classique, le fonctionnement de l’amorti des billes permet une meilleure sensation, comme si vous courriez sur du sable. Le principe est simple : quand vous courrez avec cette chaussure, l’air emprisonné entre les billes s’échappe lorsqu’il est comprimé, ce qui permet de ressentir une grande douceur lors du contact avec le sol.
Si au début de notre première course, nous étions très concentrés sur la sensation procurée par les billes (comme du sable, un effet renforcé par la transparence de la chaussure), les premiers kilomètres passés, nous avons pu apprécier la douceur d’une course, une sensation très différente par rapport à une mousse classique : les billes sont plus légères et réactives, ce qui permet de réduire la fatigue des jambes sur le long terme.

- Publicité -

Pour tous les coureurs

L’autre tour de force de la chaussure est de s’adapter à tous les types de coureurs. Contrairement à une mousse classique qui n’évolue pas en fonction de votre foulée, les billes ont l’avantage de s’adapter à votre façon de courir et d’offrir ainsi une chaussure personnalisée pour tous.
Pour une efficacité optimale, les billes sont dispersées pour correspondre aux besoin spécifiques de votre foulée. (Par exemple, s’il y a 8000 billes au total dans une chaussure de course, environ 50% des perles sont situées sous le talon, tandis que 5% offrent un amorti au niveau des orteils.)
La Joyride Run Flyknit comporte trois zones où sont positionnées les billes. Le talon contient le plus de billes pour absorber l’impact de la course, tandis que les billes de l’avant-pied sont moins nombreuses et utilisées pour faire passer le pied en avant tout au long du cycle de marche. Des protections empêchent les perles de se tasser sous des zones de basse pression, telles que la voûte plantaire ou les orteils, tout en laissant les perles bouger autour du pied, comme le sable sur la plage.
Les perles constituent la première étape de la personnalisation pour Nike, principalement en ce qu’elles s’adaptent parfaitement au pied et offrent un ajustement « sur mesure ». Le nombre de perles dans chaque chaussure est basé sur le rapport poids moyen coureur / taille de chaussure. Dans une taille 44, il y aura 10 000 billes dans chaque chaussure, dans une taille 42, il y en aura 9 000, etc.

Pour des séances de récupération

Contrairement à la VaporFly 4%, les billes offrent un roulement élastique, réactif et confortable qui conviendra parfaitement aux séances de récupération, à un cycle d’entraînement ou à ces courses plus courtes.
La Nike Joyride Run Flyknit coûte 180 euros et est d’ores et déjà disponible pour les membres Nike à partir d’aujourd’hui. La Joyride sera disponible sur le site Nike.com à partir du jeudi 15 août.