©Droz photo

Pour ce défi, il évoluera en équipe et sera accompagné sur le parcours par 2 de ses accompagnateurs sur les records 2016 (GR20) et 2017 (John Muir Trail), reconvertis en 2018 en équipiers néo Ultra-trailers : Alexis Traub et Guillaume Provost. Rencontre.

Pourriez-vous nous expliquer comment ce projet est né ?

François d’Haene : « Depuis plus de 10 ans, j’ai la chance de parcourir les ultra-trails qui me font rêver à travers les montagnes des alpes mais aussi à l’étranger. Partout je retrouve ce même état d’esprit et ce partage de l’aventure entre les concurrents. Je me rends compte aussi que certains n’osent pas franchir le pas ou se chercher de nouvelles motivations. J’ai envie que le plus grand nombre d’amoureux des grands espaces puissent vivre ce genre d’aventures et puissent les partager avec leurs proches et leurs amis en ajoutant un esprit d’équipe et d’entraide encore plus fort. La formule de course par équipe de trois du début à la fin avec quelques arrêts obligatoires pour faire vivre pleinement les bases de vie et prendre soin de chacun des coéquipiers me paraît une merveilleuse opportunité pour cela.

J’ai eu la chance il y a quelques années de vivre cela lors d’une traversée entre Chamonix et Briançon et nous en gardons un souvenir incroyable. J’espère revivre cela dès cette année sur le parcours que nous sommes en train d’étudier autour de Serre-Ponçon et permettre au plus grand nombre de le vivre ».

©Office tourisme Serre-Ponçon
©Office tourisme Serre-Ponçon

Nous avions l’habitude de vous voir sur des records individuels depuis quelques années, pourquoi un record à 3 ?

Il ne s’agit pas pour moi d’un record mais d’une aventure influencée par mes envies futures et la vision que j’ai de ce que recherche de plus en plus d’ultra traileurs actuellement. J’ai envie de partager ce parcours avec 2 amis de longue date qui comme beaucoup n’ont pas « osé  » franchir le cap de cette distance mythique de 100 miles. Le fait de le faire à 3 permet plus de s’entraider et de moins appréhender la chose. Pour moi ça sera aussi le point de repère de ma préparation pour la diagonale des fous… L’idée est d’explorer un concept de course par équipe de 3 sur des parcours logiques et engagés. De faire vivre la course l’entraide et les bases de vies différemment aussi en renforçant la notion de solidarité entre les coureurs mais aussi les accompagnants.

Les difficultés avec plusieurs sommets, + de 170km, et 11000D+, et la technicité des chemins paraissent difficiles à appréhender. Quels seront pour vous, les éléments indispensables pour aller au bout ?

Oui cela parait très dur mais sinon cela ne serait pas marrant ! Il va vraiment falloir que l’on communique, s’entraide et apprenne à s’adapter et à écouter notre corps. C’est pour cela que cela m’inspire et que j’ai envie de le partager avec eux et vous… Si nous étions sûr d’arriver au bout et que seul le temps étaient importants cela ne serait pas motivant !

Pouvez- nous parler de la notion « d’aventure » ?

L’importance de partir vers un défi dont l’issue est incertaine. UN défi qui nous plait, nous fait vibrer pour des notions de performance, de partage, d’entraide…. Une aventure qui n’est pas écrite d’avance et pendant laquelle il faudra s’adapter. Un but final de boucler le parcours et pas que d’établir un temps ou de faire telle ou telle place…

Présentation du parcours

170 km / 11 000D+
90% du parcours sur sentier
Embrun, rive du Lac de Serre-Ponçon, Fontaine de l’Ours, Pic de Charance, Pic de Morgon, Col du Morgonnet, Pic de Dormillouse (04), Mont Colombis, Pic de Piolit, Col de la Coupa, Mont Guillaume, Embrun
4 bases de vie (avec un arrêt pour ravitaillement et repos obligatoire) :

1. Le Lauzet
2. Espinasses-Apiland
3. Ancelle
4. Réallon – Les Gourniers

Suivez le live

Le parcours du nouveau défi de François d’Haene