Championnats du Monde en Salle : du rire aux larmes !

Pascal Martinot-Lagarde et Garfield Darien montrent les dents !

L’un était favori, l’autre revient en grande forme, Pascal Martinot-Lagarde et Garfield Darien n’ont pas déçu lors de leurs séries du 60m haies. Ils s’emparent ensemble du meilleur temps (7’’56), à égalité avec le britannique Andrew Pozzi. Ils avaient tous les deux le sourire en zone mixte et on les a senti morts de faim !

Advertisement

« Je me suis fait une petite frayeur au départ. J’avais le doigt sur la ligne et le starter me l’a dit. Je n’entendais pas alors on est parti très tard. Mon temps de réaction a ensuite était mauvais. J’ai, malgré tout, essayé de courir relâché. Le but c’est de passer les tours sans faire d’erreur. Je suis en forme et confiant. Le portugais à ma droite est tombé, ça m’a interpellé mais pas perturbé. Arriver en leader sur des Championnats du Monde en Salle, et surtout sur des haies, c’est un risque. Je ne veux pas taper, pas faire d’erreurs. Je suis mon propre ennemi, je veux être champion du monde et çà ne tient qu’à moi » a déclaré Pascal.

Advertisement

Garfield, quand à lui, était tout sourire. « Je ne voyais pas l’anglais au couloir 1 mais on fait le même temps. Je suis satisfait, les séries c’est un piège. Je me suis levé tôt ce matin, à 5h30, il ne vaut pas être en dedans. Le but est de passer, de faire une course propre. Je suis proche de mon meilleur chrono sans rythme. En demie on tentera d’aller chercher un record perso et on lâchera les chevaux en finale ».

Le russe Sergei Shubenkov, septième des séries en 7’’62, mais gros prétendant à la médaille, le dit lui-même : « je veux le meilleur, je suis en très bonne forme, mais la France est favorite. Pascal est très bon et Garfield revient en très grande forme. On verra demain ».

Eloyse Lesueur, trois sauts pour se régler

Elle avait annoncé un seul saut de réglage pour se qualifier pour la finale, Eloyse Lesueur a finalement dû sauter trois fois pour être sure d’y être. Elle prend la quatrième marque de ces qualifications avec un saut à 6m63. « C’est bon je suis qualifiée pour demain. Ce sera un gros concours et il faudra se lâcher. J’étais très restreinte sur ces qualifications, je n’avais pas envie de mordre les trois essais. Mais je n’étais pas au max, je sens que j’en ai encore sous le pied. Je suis là pour tout défoncer et maintenant j’aurai six essais. Rendez-vous demain ! »

Ashton Eaton : L’or sans record !

C’est une habitude désormais, l’américain Ashton Eaton a remporté aujourd’hui l’Heptathlon de ces Championnats du Monde en Salle, avec un total de 6632 points. C’est pourtant un Eaton mitigé qui s’est présenté à nous : « Je suis à la fois content et déçu. J’étais sur de bonnes bases pour battre mon record du monde et finalement non. Je finis à treize points, autant dire rien. Sur le 1000m, les deux derniers tours ont été très durs, j’ai tout donné mais non…L’hiver est étrange vous savez, j’ai toujours l’impression de devoir prouver ce que j’ai déjà fait. Mais je suis champion du monde, c’est cool ! »

Jérôme Clavier et Kévin Ménaldo : deux petites barres et puis s’en vont

Dans un concours de saut à la perche pas très relevé, remporté par le grec Flippidis (5m80), les français n’ont pas su tirer leur épingle du jeu. Tous les deux sortis après deux barres franchies (5m40 et 5m55), ils étaient très déçus.

« J’avais les jambes mais je n’ai pas su m’y adapter. » déclare Jérome Clavier, et de poursuivre « j’était trop prêt sur mes deux premiers essais où je sors, puis le 3e trop loin, c’est dommage. Si çà passe je sentais que çà pouvait s’emballer. Il aurait fallu que je sois à mon meilleur niveau pour espérer quelque chose, çà n’a pas été le cas. »

Kévin Ménaldo a, quand à lui, déclaré « Ca ne s’est pas déroulé comme je l’espérais. J’avais les jambes, j’avais l’envie, mais je n’ai pas réussi à rester dans ma bulle. J’avais trop d’infos, le bruit des spectateurs, le mouvement des gens tout autour avec des coureurs très proches de nous. Je suis frustré parce que çà se gagne à 5m80. Bon, je n’ai pas fait 0 c’est déjà çà. Je vais maintenant essayer de décrocher le titre de champion de France espoir la semaine prochaine et je terminerai ma saison hivernale là-dessus. »

2 médailles d’or à la hauteur femme

La sixième place de la star croate Blanka Vlasic restera, finalement, anecdotique, tant ce concours de la hauteur a été atypique. Atypique par son classement final, avec deux filles, la russe Maria Kuchina et la polonaise Kamila Licwinko, qui se partagent la médaille d’or, n’ayant pas réussi à passer la barre de 2m03. C’est à la suite d’une concertation que les deux filles ont décidé de ne pas se départager. Pourtant, le règlement de l’IAAF ne permet pas un tel résultat. Les deux athlètes auraient dû retenter une 4e fois la barre, avant de redescendre saut par saut sur des valeurs inférieures. Mais peut-être en est-il mieux ainsi. Partager des émotions et des médailles c’est aussi çà le sport !

Les larmes pour Cindy Billaud

Outre le gros coup de tonnerre avec la seconde place de Sally Pearson (AUS) en 7’’85, derrière Nia Ali (USA) en 7’’80, on a surtout noté la 4e place de notre française Cindy Billaud qui échoue à 3 centièmes du podium. En pleure, elle a déclaré «  Je n’étais pas venu pour une 4e place, je voulais au moins le podium. Je prends un mauvais départ et je reviens comme une dingue mais çà ne suffit pas. Je pense malgré tout que j’étais dans mon schéma de course, ce sont les filles à côté de moi qui partent vite. Cet été ce sera différent. Je suis à mon meilleur niveau sur ces Championnats du Monde en Salle. Je vais relativiser, mais pas cette semaine. Je ne vais pas mettre la faute sur ma cheville ou autre. Je fais 4e, je suis très déçue, mais je reviendrai plus forte. »

Ainsi se clôture cette deuxième journée des Championnats du Monde en Salle à Sopot.