La fracture de fatigue, la hantise du coureur

Runner’s World vous donne aujourd’hui les clés afin de diagnostiquer, comprendre et soigner une fracture de fatigue.

15 juin 2017
La fracture de fatigue, la hantise du coureur.

La fracture de fatigue est une fracture incomplète de l’os. Elle peut être comparée à une fissure osseuse, causée par des contraintes répétées ou inhabituelles. Cette douleur aigue peut alors vous contraindre à arrêter complètement votre entrainement et peut être assez difficile à soigner complètement.

QUELLE EST LA CAUSE D’UNE FRACTURE DE FATIGUE ? 

Une fracture de fatigue peut parfois être liée à une carence en minéraux dans l’os ou alors à des infections sous-jacentes. Cependant, si aucune carence n’est détectée, une fracture de fatigue, notamment chez le coureur, est souvent la conséquence d’une augmentation trop rapide du volume d’entrainement. Le corps n’a pas le temps de s’adapter et le stress répété sur les os conduit à des petites fractures, causant ainsi une douleur lancinante.

COMMENT DIAGNOSTIQUER UNE FRACTURE DE FATIGUE ? 

Même si la radiographie standard permet d’éliminer d’autres blessures telles que la périostite, elle ne permet pas souvent de détecter une fracture de fatigue à son stade précoce. Aussi, la scintigraphie ou une IRM seront nécessaires pour affirmer le diagnostic d’une fracture de fatigue. Nous vous donnons malgré tout, quelques indices qui pourront vous aider à identifier une fracture de fatigue :

  • D’abord sournoise, la douleur commence à pointer discrètement, vous lance sitôt après une séance, puis disparaît avec le repos.
  • La douleur et le gonflement se localisent à un endroit.
  • De plus en plus présente, la douleur revient séance après séance, devient plus sévère et démarre de plus en plus tôt au cours de l’effort.
  • La fracture de fatigue s’intensifie. Elle se manifeste par une sensation d’engourdissement, de picotements, de difficultés lors de l’étirement, de douleurs intenses.

OÙ SE LOCALISENT LES FRACTURES DE FATIGUE ? 

Chez le coureur, les fractures de fatigue sont le plus souvent localisées au niveau du tibia, de l’os naviculaire (de la cheville), le calcanéum (dans le talon), ou les deuxième et troisième métatarses (les os le long du pied). Dans des cas extrêmes et très rares, on peut retrouver une fracture de fatigue au niveau des os du bassin. Cet état, d’autant plus rare, sera très difficile à soigner.

COMMENT TRAITER UNE FRACTURE DE FATIGUE ? 

Tout comme pour la périostite, la glace peut aider à soulager la douleur dans le cas d’une fracture de fatigue, mais le seul vrai remède reste le repos. La question reste : pendant combien de temps ? Cela dépend de nombreux facteurs tels que la localisation de votre blessure, votre hygiène de vie et vos capacités de guérison. Il faudra malgré tout vous attendre à rester inactif 4 à 16 semaines. Une fois cette période de repos observée, vous pourrez reprendre progressivement et lentement la course à pied. Cependant, le problème avec les fractures de fatigue est qu’elles sont sournoises. Le risque de contracter à nouveau une fracture de fatigue dans les prochains mois sera alors élevé. À vous de vous écouter.

Publicité

 
Vous aimerez aussi