Eviter les blessures en course à pied (ou les gérer), la force du mental.

Nous le savons, pour s’épanouir dans sa pratique sportive il faut non seulement être prêt physiquement, mais également mentalement. Un esprit sain dans un corps sain, le vieil adage n’a pas pris une ride. Aussi, nous vous présentons ici quelques astuces mentales qui vous permettront d’éviter les blessures ou vous apprendront à mieux les gérer. … Continue reading Eviter les blessures en course à pied (ou les gérer), la force du mental.

13 août 2014
Eviter les blessures en course à pied (ou les gérer), la force du mental.

Nous le savons, pour s’épanouir dans sa pratique sportive il faut non seulement être prêt physiquement, mais également mentalement. Un esprit sain dans un corps sain, le vieil adage n’a pas pris une ride. Aussi, nous vous présentons ici quelques astuces mentales qui vous permettront d’éviter les blessures ou vous apprendront à mieux les gérer.

Ayez un plan

Essayez de visualiser précisément ce que vous allez faire à chacune de vos sorties de course à pied, avant même de commencer à courir. Cela vous évitera de trop en faire. Sans un programme préétabli, vous seriez tenté de repousser vos limites et d’en demander trop à votre corps, ce qui vous rendrait plus vulnérable à la blessure.

Restez souple

Pour beaucoup de coureurs, l’attitude vis-à-vis de l’entrainement tourne souvent à l’obsession ! Ils ne veulent jamais manquer un jour et, s’ils le font, ils s’enferment dans une abominable culpabilité. Cela signifie que c’est la course à pied qui a pris le contrôle de leur vie et non l’inverse. Autorisez-vous à prendre un jour off et à vous détendre si vous ne pouvez pas honorer un entrainement pourtant programmé. Si vous ne vous accordez jamais de repos, vous risquez de perdre le côté ludique de la course à pied. Cela vous amènera à une certaine lassitude, puis à de la fatigue…un terrain propice aux blessures les plus diverses.

Ecoutez votre corps

Ne fermez pas les yeux sur les signaux que vous envoie votre corps. C’est normal de ne pas prêter attention à une ampoule et de continuer à courir sur un trail vraiment beau, en pleine montagne… Cependant, dissocier le corps et l’esprit peut parfois vous amener à de sérieuses blessures. Pour faire la différence entre une fatigue ou une tension générale du corps et l’apparition d’une vraie blessure, tenez à jour un journal de course à pied, dans lequel vous inscrirez comment vous vous sentez après chacune de vos sorties.

Gardez votre calme

Si jamais vous vous blessez, que vous devez lever le pied et prendre du repos sans courir, restez positif. Cela va peut-être prendre un peu de temps avant que vous alliez mieux, mais c’est souvent la seule manière, à long terme, de se remettre sur les bons rails. A défaut de pouvoir courir, nagez ou mettez-vous au yoga et profitez-en pour étirer vos muscles. Ne restez pas sans rien faire. L’optimisme dans ce cas est essentiel, car c’est ainsi que vous resterez bien concentré sur ce que vous devez faire pour sortir au plus vite de votre état et revenir à la course à pied le plus vite possible, sans toutefois avoir brulé les étapes.

Conservez au moins une de vos habitudes

Si vous êtes blessé et que vous ne pouvez plus courir, conservez quand même au moins une habitude d’entrainement, ou encore adoptez en une que vous conserverez après être revenu au top de votre forme. Essayez de trouver un dérivatif auquel vous aller rester fidèle, au moins pendant votre convalescence : piscine, vélo, musculation…

Laissez-vous aller

Donnez-vous au moins cinq minutes par jour pour faire sortir tout ce que vous avez en vous : criez, jurez, tapez dans un sac de frappe… Bref, n’importe quoi, du moment que cela vous soulage quant à votre état physique et ce qui vous empêche de courir. Etre mis sur la touche peut vraiment s’avérer difficile à supporter, surtout si vous avez l’habitude de beaucoup vous entrainer. Soyez honnête par rapport à la colère ou à la frustration que vous ressentez ! C’est le meilleur moyen de continuer à avancer.

Restez en contact

Gardez le contact avec votre sport en continuant de voir ou de téléphoner à vos partenaires d’entrainement ou de compétition. Vous pouvez aussi devenir bénévole, lors d’une course qui se déroule près de chez vous. Ce n’est pas parce que vous ne pouvez plus courir qu’il faut couper les ponts avec la belle communauté des coureurs. En gardant le contact, vous serez d’autant plus enclin à prendre les bonnes décisions pour revenir à votre meilleur niveau, c’est à dire à écouter les conseils du médecin et ne pas reprendre l’entrainement trop tôt. Et, surtout, continuez à lire Runner’s World !

Gardez les pieds sur Terre

S’entendre dire, par un médecin, qu’il faut arrêter de courir pendant quelques semaines ou quelques mois peut aller jusqu’à créer une légère crise d’identité. Pour certains, courir renvoie à qui ils sont et non pas ce qu’ils font. Un problème de genou peut donc être ressenti comme la pire des nouvelles. Si être à l’arrêt vous déprime, consultez un psychologue sur quelques séances ne peut que vous aider à relativiser et donc à aller mieux.

Voyez les choses du bon côté

Bien qu’une blessure puisse être considérée comme une vraie catastrophe, il est important de relativiser. Essayez de comparer votre mal avec quelque chose d’encore plus grave, comme perdre votre emploi par exemple. Mettez les choses en perspectives. Cela va vous permettre d’accepter le fait que votre blessure fait partie de la course à pied, au même titre que le repos ou les séances de fractionné. Presque tous les coureurs à pied se blessent au moins une fois. Si vous gardez la bonne attitude par rapport à votre blessure, vous allez vite être remis sur pied et elle ne sera plus alors qu’un lointain souvenir.

Découvrez nos derniers dossiers santé :

Tentez de remporter une tenue complète Compressport Edition limitée UTMB en jouant ici.

Intégrez la team presse Runner’s World pour la Noctambule en participant à notre Grand Jeu Concours Noctambule.

Rejoignez-nous sur notre page Facebook : Runner’s World France, et suivez-nous sur notre twitter @RunnersWorldFra

Publicité

 

Publicité


Vous aimerez aussi
 
Commentaires