Le 10 km du tunnel Duplex A86, difficile mais atypique

À l’occasion de la première Fête de l’Autoroute du dimanche 22 mai, Vinci Autoroutes a tenté le pari de fermer le tunnel Duplex A86 qui relie Rueil-Malmaison (92) à Vélizy (78) pour laisser place à une course de 10 km. Si la traversée en voiture peut atteindre 12 €, celle de ce dimanche était gratuite ! … Continue reading Le 10 km du tunnel Duplex A86, difficile mais atypique

23 mai 2016
©PhotoRunning

À l’occasion de la première Fête de l’Autoroute du dimanche 22 mai, Vinci Autoroutes a tenté le pari de fermer le tunnel Duplex A86 qui relie Rueil-Malmaison (92) à Vélizy (78) pour laisser place à une course de 10 km. Si la traversée en voiture peut atteindre 12 €, celle de ce dimanche était gratuite !

Les 1400 participants, vêtus d’un t-shirt jaune fluo à l’image des tenues de travail des patrouilleurs autoroutiers, se sont donc réunis à l’intérieur du tunnel, après avoir pris la pluie à l’extérieur.

Malgré la météo, l’ambiance était festive mais une pointe de scepticisme, plutôt légitime, pouvait se lire sur le visage des coureurs. Un scepticisme qui s’est effacé lors du départ pour laisser place à l’action. Et quelle action, car la première moitié de la course était composée d’une montée quasi-constante (environ 4%), qui se ressentait autant dans les jambes que dans les poumons. Cela s’est vu sur le visage de tous les coureurs, qui ont viré au rouge à partir du 2e kilomètre. Ceux qui ont économisé leurs forces ont eu une idée judicieuse, car même si ce n’était que 5km, c’était long !

Soulagement à mi-course

Le demi-tour qui marquait la mi-parcours intervenait en haut du « faux-plat montant », et laissait place à la descente. Quel soulagement, car le manque d’air inévitable dans un tunnel et la température corporelle montante commençaient à être compliqués à gérer.

Davantage de décontraction dans la seconde partie donc. Le plaisir de courir sur une autoroute a pu s’extérioriser et peu à peu, les visages marqués et transpirants sont devenus relâchés et souriants.

À l’arrivée, les remarques étaient plutôt mitigées, mais beaucoup de finishers sont repartis avec une sensation de satisfaction d’avoir pris le départ de cette première. Qui se renouvellera ? Probablement : « Étant donné le nombre de participants, j’imagine que l’on va prendre date pour une seconde édition » a déclaré François-Brice Hincker, directeur de la communication chez Vinci Autoroutes. Si c’est le cas, quelques améliorations seront apportées en fonction des remarques que l’équipe organisatrice aura récoltées.

Les ressentis à chaud de 5 coureuses et coureurs à l’arrivée :

Justine : « Je la referai »
« C’était dur. J’ai cru que j’allais arrêter dans la montée. Mais c’était super sympa, car courir sur l’autoroute est tellement inhabituel ! Puis les coureurs étaient très solidaires entre eux, tout le monde s’encourageait. Si la course a lieu l’année prochaine, je la referai ! »

Vincent : « La montée est traitre »
« Une course très difficile. Normalement, je cours un 10 km en 55 min, et j’ai fait presque 1h aujourd’hui. La montée est traitre, car on ne la voit pas, mais on la sent vite. Mais c’est une course super atypique, il faut la faire, j’invite tout le monde à y participer, au moins pour voir ce que c’est. »

Hélène : « Pas beaucoup d’ambiance, mais contente »
« Il n’y a pas beaucoup d’ambiance étant donné qu’aucun spectateur n’était présent au bord de la route et il n’y a pas de musique. Mais c’était une course très insolite, très contente d’y avoir participé. »

Baptiste : « Pas de repères »
« C’était vachement dur. Il n’y a pas de paysages, pas de repères. On n’en voit pas la fin, c’est assez déstabilisant, mais on s’y habitue vite. »

Isabelle : « Une sacré expérience »
« Une sacré expérience ! Intéressante, épuisante, mais on a une une bouffée d’air à partir du 5e kilomètre. La  deuxième partie était très agréable. J’ai failli arrêté au 3e kilomètre, mais la dynamique de la course m’a tiré pour continuer ! »

D’autres articles qui pourraient vous intéresser :

Rejoignez-nous sur notre page Facebook : Runner’s World France, et suivez-nous sur notre twitter @RunnersWorldFra

Publicité

 
Vous aimerez aussi